Info
 
Burriana Turismo | ÉGLISE DE LA MERCED ET CENTRE CULTUREL «LA MERCE»
2743
page,page-id-2743,page-template,page-template-full_width-php,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,

ÉGLISE DE LA MERCED ET CENTRE CULTUREL «LA MERCE»

Après avoir conquis la ville de Burriana aux mains des musulmans, le monarque (Jacques Ier), co-fondateur de l’Ordre des Mercédaires, céda aux mercédaires diverses propriétés rurales et urbaines de son territoire. Après avoir accepté l’offre en 1594, la Mairie de la ville céda à l’Ordre des Mercédaires l’ermitage de San Mateo. Commencera ensuite la construction d’un couvent rattaché à l’ermitage. Ce dernier avait été désigné par ses supérieurs comme « Maison de Collecte pour les moines qui voulaient vivre dans une situation plus critique », certainement en raison de la pauvreté de ses installations. Parmi les mercédaires qui habitèrent ce couvent se trouve le bienheureux Ripollés, décédé à l’intérieur de ses murs à l’âge de 27 ans.

En 1738, la démolition de l’ancien ermitage de San Mateo est convenue afin d’y construire à la place un temple plus grand, de style néoclassique et à plan rectangulaire composé de trois nefs et d’une croisée du transept.

En 1812, les mercédaires sont expulsés par les troupes d’invasion françaises, de sorte que le couvent devient le siège des troupes du maréchal Suchet, qui transforme le temple en écuries. Une fois les Français expulsés, les Frères reviennent, mais en raison du décret de Désamortissement de 1836, les Mercédaires quittent définitivement Burriana. Ainsi, le couvent passe entre les mains de la Mairie à condition qu’il soit utilisé à des fins publiques, abritant des écoles publiques, des maisons d’enseignants, la Mairie, l’entrepôt municipal, la bibliothèque publique ou la prison.

Des rénovations successives l’ont modifié, en particulier celle de 1991 qui transforme le cloître en « Centre Culturel la Mercé », offrant ainsi un nouveau siège au «Museu Arqueològic Municipal».